19/01/2017

La Péniche - Bistrot presque décadent - Quai au bois à brûler 37 - 1000 Bruxelles

 

la péniche.JPG

C'est un endroit qui ressemble à quelque chose qui n'existe plus, le bruxellois de souche; ici on en tiendrait plutôt une, de couche, tant le lieu, un bistrot bringuebalant où on mange vraiment, affiche une vétusté assumée mais pas forcément en pleine conscience, pour tout dire, ça confine un peu au brol.

Quai au bois à brûler, oui, Sainte-Catherine quoi, à un jet de pils de nombre d'adresses branchées du quartier, Henri, Selecto, San, Gramm, pique et pique et Viva M'Boma; et, selon la formule tartignole consacrée, le temps s'est arrêté à la Péniche.

La charmante hôtesse des lieux parle encore un peu bruxellois, le patron est en cuisine, tout cela ne respire pas forcément l'HACCP hyper rigoureux, mais on est tout de suite juste bien et le menu du jour (qui se réduit très vite, les gens ici mangent à midi pile le repas chaud du midi) se compose de stoemp saucisses, d'immenses soles, de steak et surtout, d'un de mes dada, j'ai nommé le steak de cheval, oui j'aime le steak de cheval, henni soit qui mal y pense. Je le demande à l'ail (kuck eleï), on me répond "What else?" (enfin, on me le dit en Beulemans) et, je reçois un magnifique pavé de cheval, avec le jus de cuisson tout près, le genre de jus de cuisson à base de beurre un peu tout à fait brûlé (d'ailleurs, est-ce du beurre?), avec les morceaux d'ail dedans. t'as plus mangé ce genre de choses depuis le décès de ta belle-mère, et putain, c'est bon ce jus sur le cheval bien saignant, bien meilleur encore que le cheval melba du regretté Desproges.

Tu reçois encore un bol de salade qui est une vraie salade (pas ces saloperies de bouts de plastique avec plein de salades dures comme du chiendent livrées en vrac par tous les food service du royaume) avec de la salade de blé et du chicon, une clotte de mayonnaise, juste bon. Des frites? Oui, des frites, qui font le job, sans plus, mais j'en viendrai à bout, de mes frites, ce qui est toujours plutôt bon signe en matière de frites.

Une bière un café, une petite addition toute modeste, j'ai bien mangé tout mon steak et ma salade, j'avais même réussi à me garer devant et à faire fonctionner le parcmètre le plus compliqué du monde, joie et turgescence, vive la Péniche!

 

14:22 Écrit par Carlo dans Restaurants | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook | |