10/05/2016

Carnets de route - Little Paris - Waterloo (Wallonie) Bistrot gourmand (avec moustaches)

 

arold.jpg

Une nouvelle catégorie de "posts" (Tjosse que je n'aime pas ce mot) plus courts, qui sait que du coup je ne me mette pas à "poster" (Tjosse que je n'aime pas ce mot) plus souvent.

Arold il est parisien. Il y a trois ans, après avoir revendu son affaire de traiteur à Paname, il se dit qu’il ferait bien réfugié en Belgique et plus précisément à Bruxelles pour y faire la cuisine canaille qu’il aime bien et donc, il s’installe à Waterloo, pensant qu’il  est à Bruxelles ou presque. S’ensuit une année de quasi galère à vouloir comme ça faire des nourritures bistrotières à 100 mètres de l’ennuyeuse Brasserie RN (qui ne désemplit pas, respect, hein) jusqu’à ce que le guide GaultMillau et quelques gourmands ne découvrent le spot qui affiche depuis près de deux ans complet tous les soirs.

Le lieu ? De loin, c’est moche, merci, on se croirait dans la version Gordon Ramsey de "Cauchemar en Cuisine", car c’est un rez commercial à l’américaine (ou à la waterlootoise, c’est selon), un de ces endroits bas de plafond où tu as le parking juste devant la vitrine, c’est tellement pratique, hein, le parking c'est l'obsession number one du bruxellois, d'autant plus quand il est exilé depuis une génération et demie dans le BW. Dedans, c’est mieux, d’autant que la cuisine est ouverte sur la salle et qu’ Arold est un personnage éminemment souriant, sympathique, gourmand, chaleureux.

Dans l’assiette ? Peut-être le meilleur bistrot gourmand de la capitale, enfin si on compte Waterloo dedans. Et je pèse mes mots à la balance de dealer, même que j'y suis retourné une deuxième fois dans la foulée de la première ou presque pour me confirmer dans mon impression (qui n'est que la mienne, on est d'accord!).  Que ce soient les coquillages, les viandes, les poissons, les abats, la main d’Arold est sûre et déterminée, il assaisonne comme il faut, tous les jus sont concentrés, et notamment, le jus des coques, t’as envie de le boire à la paille, de l’éponger avec tout le pain, bref ça cogne.

Des vins francs du collier, propres, emballent le tout, ici c'est définitivement une maison où l'on vient pour manger, et d'ailleurs, un restaurant à priori, ça sert à ça, bref, du gourmand qui vous laisse une trace profonde dans la succession des appétits à venir!

89, chaussée de Bruxelles – 1410 Waterloo

10:49 Écrit par Carlo dans carnets de route | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook | |

Commentaires

Je suis très fière d'avoir été des premiers clients de ce restaurant et d'y avoir amené le directeur du G.M. ...
Le reste tiens du Talent du chef propriétaire avec la complicité de son epouse !!!! longue vie a cette cuisine :-)

Écrit par : benoit meert | 11/05/2016

C'est vrai que la première année etait galère

Écrit par : Croiset Yves | 11/05/2016

Délicieux .... Les œufs cocottes ... Et le pain perdu au caramel beurre salé ...juste parfait !!! A bientot !

Écrit par : Aronica | 12/05/2016

Les commentaires sont fermés.