16/05/2015

Carcasse – les pattes arrières tellement c’est bon – restaurant à viandes – Saint Idesbald, Royaume de Belgique Libre de Listeria

carcasse.jpeg

Il y a un type, il s’appelle Hendrik Dierendonck et c’est ZE boucher vedette de Belgique. Dans sa boutique de Saint-Idesbald à la mer, il alimente tous les jours au moins vingt mètres de linéaires de bonne bidoche. Ce gars là il a plusieurs casquettes dans une, non seulement il surfe sur la mode de la viande maturée, bien nourrie (avant d’être morte et maturée, s’entend) , etc.. mais en plus il fait boucher à la belge comme on aime. Je m’essssplique, dans son comptoir on peut y aller, se défouler sur de bonnes spécialités charcutières comme la salade de viande le potjesvlees ou le pâté grootsmoederwijze, tout est bon, avec une mention particulière pour la salade de museau, parce quand on est gourmand on aime toutes les salades de museau, aussi bien avec des copines qu’avec du cochon.

Bref, ce petit bout de bonhomme aux mains en pales de moulin à vent a ouvert en janvier un restaurant  contigu à la boucherie qui s’appelle Carcasse, un nom qui claque comme une drisse sur les espars d’un bateau de plaisance dans le port de Nieuport un jour de tempête de nord ouest, oui, Carcasse!

Oui, au rez-de- chaussée d’un bête immeuble en brique comme il y en tout plein à la mer, un espace avec quelques tables  et un chef à l’expérience étoilée, Michael Yates, lequel  a en effet bossé au fameux Oud Sluis de Sergio Herman.

L’espace est lumineux, aéré, avec une chambre de maturation transparente, une petite cuisine, une belle trancheuse Berkel et de jolies demoiselles nourries à l’herbe des prairies au service. Elles sont blondes, souriantes et parfaitement attentionnées.

Accueil souriant, donc,  dans toutes les langues, et hop on t’installe à une grande table où tu auras d’autres voisins, j’adore, c’est sympa, ça me rappelle quand à La Paix, les tables se touchaient. A ma gauche 4 cthis en goguette, à ma droite un couple de retraités gantois italophiles bobos, la conversation démarre, un peu flamand, un peu français, un peu italien, on s’enquiert de ce que les voisins ont commandé, trop bien. Si vous n’aimez pas de rencontrer des gens ou si vous devez discuter divorce, allez ailleurs !

Entrée, des ris de veau au saté, Graziella a choisi des côtes d’agneau laquées, les deux entrées sont remarquables de profondeur, d’intensité. Avant, on avait grignoté des lobes d’oreille de cochon, enfin, juste des oreilles, pas les lobes, tout à fait croustifondants.

Puis, la bidoche, je choisis le choix raisonnable, tant niveau prix que niveau localité, le zesrib – comme du spiringue si tu veux – de vache rouge des Vlaaaaaanderen.

Une viande certes moins persillo-maturée que de la rubia gallega, mais c’est très très bon, ces côtes finales, avec un bon goût de vraie viande, intense et jamais écoeurant. C’est servi dans un plat Staub qui reste chaud, j’ai envie de dire aux concurrents viandards, Jack o' Sheas et Colonel, faites-le aussi on mangera plus à son aise. Ca vient avec une top salade tiède de patates au cerfeuil et des asperges au jus d’asperges-grillées-avec du beurre dessus, juste parfaites.

Bref, bref, bref, à part que j’aimerais que ça soye encore plus rock and roll dans l’ambiance, mais bon c’est mon goût pour la transgression, j’ai fait mon meilleur repas 2015 et oui, so far chez Carcasse, mais bon, je suis plus bidoche que quinoa, quoique. Donc, non seulement j’y retourne, mais en plus, je vous le recommande chaudement, mais réservez, c’est plein avec trois mois d’avance.

Combien? 176 euros à deux avec un dessert pour deux et très peu de vin, c’est pas mal d’euros mais ça les vaut, les bonnes maisons à bidoche comme la table du boucher ou Colonel sont dans ces eaux là voire un poil au-dessus.

Carcasse, c’est à saint Idesbald, derrière la boucherie Dierendonck, en Flandre, Royaume de Belgique libéré de la Listeria, Union européenne, Monde.

Avenue Henri Christiaen 5
8670 Coxyde
+32 (0)58 51 72 49
info@carcasse.be

 

09:38 Écrit par Carlo dans Restaurants | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | |

Les commentaires sont fermés.