14/03/2015

Socc'ml! (*) - Osteria Bolognese -Restaurant full cochon, full gluten, full lactose, full taste - Ixelles

bolognese.JPG

Osteria Bolognese est un petit phénomène. Un restaurant de poche, rue de la Paix à Ixelles, rempli tous les jours midi et soir rien que par le groin à oreille (de cochon). C'est quoi le principe? On bouffe comme à Bologne, des antipasti de charcutailles totally DOP, des primi avec encore du cochon (enfin, pas toujours), des secondi avec rebelote de cochon, le tout largement saupoudré de Parmigiano Reggiano, sous des flots de Lambrusco ou de Sangiovese.

Bologna la grassa, c'est ici que ça se passe. Certes, alors qu'à Bologne, outre le chef il y aurait une "sfoglina" qui ferait des pâtes toute la sainte journée, Giacomo - qui dans une autre vie tenait un restos à sushi à Bologne - a choisi de s'approvisionner en direct de pâtes fraîches chaque semaine, et il a choisi un putain de fournisseur car les tortellini juste in brodo, pour ne parler que d'eux,  sont juste comme il faut.

Bien mais une fois qu'on a réussi à réserver, on mange quoi?

L'antipasto maison qui croule sous le salame rosa, pesto modenese, mortadella, ciccioli, mousse de mortadella, est servi, Dio sia Lodato, avec de vraies crescentine! C'est quoi? Des carrés de pâte à pain frits, tu mets un peu de mousse de mortadelle dessus ou de pesto modenese (du saindoux en gros) et tu meurs là, dans un orgasme précoce.

Oui précoce, car il y a aussi les primi piatti. Tagliatelle al ragù, gnocchi, tortelloni, tortellini, bien torchés, envoyés, droit dans le bide.

Enfin (et il est juste impossible de faire les trois, il faudra choisir) les secondi sont peu nombreux mais sauvagement goûtus. Polpettone, côte de porc, flanqués de légumes, c'est corsé et droit.

Allez, avec un peu de recul, et quelques visites, c'est quoi mon choix de mon coeur dans cette petite maison?

L'antipasto encore et encore, les primi dans leur version "ripieni" (les pâtes farcies, quoi) et le polpettone dont je me suis empressé de tenter de refaire la recette. Last but not least, cet endroit d'apparence modeste, où l'accueil est certes  un poil psycho-rigide dans sa passion de la cuisine ultra-locale (mais les passionnés ont notre estime) vous déleste d'une bonne trentaine, max quarante, euroballes ce qui, compte tenu de la qualité des produits envoyés, est plus que raisonnable.

Allez, même les desserts, tiennent la route et il y a du Montenegro pour pousser le café.

Il se fait qu'ayant travaillé dans une autre vie pour le Parc Expo de Bologne, ayant quelques amis dans cette cité à la fois pétrie de traditions et libre-penseuse comme rarement, cette ville qui sait être à la fois puritaine et totalement dévergondée, pour toutes ces raisons, je m'entraîne depuis des années à dire avec l'accent, une expression tellement bolognaise qu'elle trouve, ici, particulièrement à s'appliquer:

Socccccccc'ml!(1)

(1) Non, je ne vous la traduirai pas, essayez avec Google Translate, avec un peu de chance, il va vous dénoncer et bloquer votre pc.

Rue de la Paix 49, 1050 Ixelles

02 608 51 54

On peut réserver, sauf le mercredi. Ce jour là la file se forme avant 7:00, à 7:01 c'est plein.

16:04 Écrit par Carlo dans Restaurants | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook | |

Commentaires

Tout est vrai et c'est écrit avec tellement de verve, de bonne humeur,de richesse et de couleur, dans cet esprit tout à fait "Bologne". C'est vrai:aujourd'hui, on est plus à Bologna à l'Osteria à Bruxelles qu'à Bologna mème....
Merci Monsieur Carlo de Pascale pour cet article si chaleureux et si bien informé et réaliste sur ce "petit phénomène" de la rue de la Paix à Ixelles.
Bien cordialement.
Cuore di Mamma

Écrit par : Colette MOREAU | 15/03/2015

Les antipasti sont magnifiques, mais après je n'arrive pas à liquider mon plat et je dois demander un doggybag, qu'on me fait avec le sourire.
J'adore les raviolis farcis aux épinards avec leur beurre à la sauge. Simple et délicieusement bon.
Les jeunes gens charmants au service ne lésinent pas sur leurs explications.

Écrit par : Nadine D | 25/03/2015

Les commentaires sont fermés.