01/10/2009

Aller-retour à Milan

Luini

C’est parfois difficile de choisir un restaurant, tedjosse. Enfin, je veux dire quand on paie son addition et qu’on y va pour le plaisir; pas sûr que j’aimerais ça de faire inspecteur du guide Michelin…

Parce que voyez-vous, même si en ce moment mes goûts ne me portent pas plus que ça vers les tables « créatives » (allez, gastronomiques si vous voulez), je n’en cherche pas moins à manger juste (propre et bon et bla bla) le plus souvent possible. Ca me réjouit le cœur la couenne et l’estomac, et c’est déjà un bon début.

Donc, pas plus tard que lundi, j’étais à Milan avec Sergio Moschini et comme nous y étions le lundi et que le business ne nous occupait que le mardi, il a fallu construire la journée au niveau de qu’est-ce qu’on mange.

Dans l’ordre, le déjeuner devait être consacré au street food et il y avait plus de quinze ans que je rêvais de me vautrer dans un « panzerotto » de chez Luini. Rien de milanais là dedans au départ, mais une pâte à pain farcie de mozzarella et tomate, et frite, comme il se doit. On fait la queue, on dit « un panzerotto », on paie, on s’en va, on mange, c’est tiède, c’est  (un peu)  croustillant, puis mou, et c’est fini. Même qu’il faisait beau, que en septembre quand il fait beau il fait juste chaud ce qu’il faut et que d’accord il y a des russes et des japonais partout mais c’est très beau quand même, la Piazza del Duomo.

Voilà ; deux panzerotti, deux bouteilles d’eau, sept euros, et on paie en espèces, un repas qui inonde de plaisir ça n’a pas de prix, sinon il reste la machincard pour tout le reste.

 

Panzerotti - Panificio Luini via S. Radegonda 16, Milano

luini
Photo S. Moschini

Masuelli

Le street food au déjeuner, sans forcer, c’était aussi pour garder quelques bonnes munitions d’appétit pour le soir. Et il me fallait recharger un peu mes batteries de choses traditionnelles, terriennes et urbaines, car tout le monde sait (et si on ne le sait pas on lit « Delizia ! » de John Dickie) la cuisine italienne est d’abord urbaine, si si.

Masuelli, c’est une osteria bien propre et bien peignée, pas vraiment dans le centre, et ça existe depuis 1921. Au commandes, M. Masuelli fils, -il doit bien taper dans les septante printemps – accueillant, voire amical, jamais familier. Il nous dit le menu, et même si je l’avais déjà lu, quand il se tait, j’ai faim et envie de tout.

 Et ce ne sont que de simples antipasti, tajarin, risotto, ravioli  ou pasta e fagioli – en primo -, lingua, carne all’albese  comme secondo…rien de plus, simple, direct.

Va pour quelques antipasti (testina, salame, coppa e acciughe), tajarin pour moi, ravioli pour Moschini, lingua in bagnet verd (oui de la langue, les filles, revenez, c’est bon les abats, surtout avec cette sauce verte, toute droite venue du Moyen-âge) et carne all’albese. Ben oui, une sorte d’américain fait avec du « fassone », une race locale (juste et bonne, bon d’accord j’arrête)  à peine assaisonnée.

Et pour mouiller tout ça, foin de supertoscans entisanés de chêne, une Barbera…pétillante, fruitée, vive, digestive.

Et tout cela, dans la tradition des osterie où on vient pour manger, pas pour autre chose, envoyé à rythme soutenu.

Dessert ? Presque jamais, sauf que quand même, il fallait que je goûte au « Bonet » sorte de pudding local avec du chocolat et des amaretti dedans, mortel avec un verre de « barbera chinata » . Ben oui, du vin (la barbera) aromatisé à l’écorce de quinquina. Quoi ces barbares foutent des trucs dans le vin comme les grecs qui résinent le vin blanc ? Et oui, et ça remonte loin, même. Alors, si vous êtes du genre méfiant, vous allez froncer le nez. Et moi je vous dis (si je peux me permettre) laissez-vous faire:  barbera chinata et le chocolat, ça me ferait presque oublier le Mas Amiel dix ans d’âge…

Alors M. Masuelli, merci, vous nous avez bien nourris, vous nous avez accueilli comme on voudrait l’être partout sur la terre, et ça non plus ça n’a pas de prix.

Trattoria Masuelli San Marco

Viale Umbria 80

Milano

Tel 00 39 2 55 18 41 38

masuelli

Photo C. de Pascale

 

07:21 Écrit par Carlo dans Général | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : restaurants |  Facebook | |

Commentaires

Bande de veinards!

Écrit par : Emmanuelle | 01/10/2009

Carlo, Je sallive déjà à 7h30 du matin.

Écrit par : Mark | 03/10/2009

Les commentaires sont fermés.