14/08/2009

"Les Bacchanales" - Vence

Les Bacchanales (mais pourquoi diable ce nom ?) c’est à Vence dans les Alpes Maritimes, on est au mois d’août, autant dire que l’on prend des risques, tant au niveau de l’addition que de l’ambiance.

Une maison genre début du siècle précédent, quelque part un peu en dehors du centre de Vence, bourgeoise dehors, art contemporain dans le jardin et dedans,  tout à fait dans le ton de cette côte d’Azur, vivier d’artistes depuis les années 50.

 Bon, c’est parti pour le menu moyen (dans ce genre de crèmerie, c’est petit moyen ou grand et on se laisse faire).

C’est le chef soi-même qui prend la commande, qui explique les plats, et ce garçon, Christophe Dufau, a du charisme, il occupe l’espace tout en restant modeste, rare dans le métier…

 Et ça commence très fort avec des grissinis chaud et moelleux « fragranti » à souhait, que l’on trempouille dans un pesto de persil.

 Puis une crème de haricots coco rouges (des « borlotti », quoi) avec des légumes croquants.

Le homard bleu est très fin,  l’ombrine sauvage (avec des cocos aussi, mais c’est la saison) parfaitement cuite ; le veau de Corse (trois morceaux, dont une effilochée fondante qui déchire sa race – de veau zébré) magnifique, et le grand morceau de bravoure créative, c’est le fromage.

Une quenelle de chèvre cendré, où la cendre est remplacée par un « jus de cendre » (non pas de la suie dans de l’eau). Alors, c’est bon? Ben oui, non seulement c’est très bon, mais en plus, ça va droit dans le mille du propos. Réinventer un truc qui existe (le chèvre cendré) pour faire mieux, différent.

Le dessert très bien aussi (sauf que je cale, décidément bien fait de ne pas prendre le grand menu), une mousse (mais oui, une espuma !) d’abricots, avec des morceaux d’abricots et un croustillant praliné.

Ah oui, le vin, on nous annonce une carte normale, et même une carte anti-conformiste ! Sur la Côte d’Azur, c’est plus de l’audace, c’est de la mise en danger ;-) !

Le rouge, je l’ai déjà oublié (mais c’est moi j’ai un problème avec les vins rouges du sud, ça va s’arranger) ; en revanche le blanc (vin de table, anti-conformiste et « propre ») « Le grand Blanc » de Henri Milan (Provence quand même) ; juste un peu oxydé – j’adore! -, terriblement aromatique, un vrai bonheur.

Un service très décoincé (le serveur est même un peu tatoué, le sommelier s’appelle Walter et pas « Le Sommelier ») ; un joli ballet de plateaux qui vont qui viennent avec un jeu de tréteaux escamotables, et une addition raisonnable, moins cher qu’en ville, infiniment plus raisonnable que plus bas, là sur la Côte.

chèvre cendré

 

Les Bacchanales

247 Avenue de Provence

06140 Vence

0033(0)4 93 24 19 19

 Fermé mardi-mercredi

 

 

08:12 Écrit par Carlo dans Général | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : restaurants, chefs |  Facebook | |

Commentaires

éditi!ons recettes Bonjour,
Comme déjà mis sur le site de Au Quotidien , le message suivant:
Avez-vous édité ou avez-vous l'intention d'éditer un recueil de vos recettes?

Merci
A.Ramboux

Écrit par : RAMBOUX Albert | 09/09/2009

recette Bonjour,comment réaliser une crème de foie gras et des tuiles de cacao.Je vous remercie.

Écrit par : swennen | 15/09/2009

Les commentaires sont fermés.