22/06/2008

Frigo-box?

 

 

 

 De temps en temps (surtout quand je l’écris de fait), le texte de ma chronique du matin à l’aube sur la meilleure radio du PAB, en toute simplicité.Sophie Moens m’avait demandé de traiter un sujet de saison donc, le pique-nique.Et d’abord d’où ça vient cette expression un peu ringarde, pique-nique ?Selon le dictionnaire historique de la langue française Robert publié sous la direction d'Alain Rey, du point de vue étymologique, le terme « nique » qui date de la fin du XIIIe siècle et qu'on retrouve dans l'expression « dire nic », c'est-à-dire « ne pas se soucier de », signifie « chose de peu de valeur ». « Faire un repas à pique-nique », c'est donc faire un repas, pas nécessairement sur l'herbe, mais où chacun amène sa contribution.Au XVIIIe siècle, on disait une « pique-nique » (féminin) ou un « picnic » (masculin).L'expression « picnic » serait passée en Angleterre, puis revenue en France au milieu du XVIIIe siècle.(source wikipedia)En attendant, pique nique, ça m’évoque toujours ce magnifique tableau d’Edouard Manet, Le déjeuner sur l’herbe, voilà des gens qui savaient vivre.  Aaaah le pique nique, les sandwiches tièdes à la mayonnaise, les sodas tièdes aussi, le rosé en tetrapak et le bruit des voisins, quand c’est pas le bruit des bagnoles... Toujours un grand moment… J’avoue Sophie qu’en me demandant de traiter ce sujet tout à fait d’actualité, je me suis trouvé dans l’embarras, n’étant pas très fan de pique nique moi-même, je n’aime ni avoir les fesses mouillés ni le sable dans mon sandwich, en un mot, vous le savez, pour le manger comme pour le reste, je suis un fifrelin chochotte. Bien, comme souvent, je vous dirais que c’est pas tant une question de recettes qu’une question d’attitude. La première attitude à avoir, c’est d’abord de ne laisser aucune trace de son passage. A l’heure où l’on nous parle sans cesse de co2, de développement durable, d’alimentation de proximité et de bio, on commencerait peut-être bien par ne rien laisser derrière soi…Fréquentant depuis des années les plages de la Méditerranée, je vous assure que c’est loin d’être le cas…et c’est vraiment infâme. Petite info pour les fumeurs invertébrés, on fait des cendriers de poche qui vous permettent de ne pas laisser vos mégots ni dans l’herbe ni dans le sable.   En ce qui me concerne, j’aime pas trop m’asseoir par terre, et j’aime encore moins les sandwiches déjà fait, donc je prends du matos en kit : Et surtout, je suis hyper-paresseux, voyons un peu le pique nique idéal d’un paresseux ? D’abord la chaîne du froid. D’accord, c’est moche et c’est interdit à Knokke-Le-Zoute, mais le frigo box, surtout quand il peut se brancher sur une prise de la voiture (trop chic) , c’est très pratique et garant de sécurité alimentaire. Quelques belles tomates, des vraies, une bouteille d’une bonne huile, de la fleur de sel, quelques feuilles de salade déjà lavées, mais pas assaisonnées, un citron. Un poulet fermier rôti, une mayonnaise maison au piment d’Espelette, ou une mayonnaise d’avocat, c’est bon la mayonnaise d’avocat – on démarre une mayonnaise avec le jaune d’œuf et la chair d’un avocat bien mûr, puis on monte à l’huile tout à fait classiquement. On assaisonne au citron. Cette mayonnaise d’avocat s’accorde parfaitement avec un poulet poché aussi. Un saucisson pour hommes, un chèvre fermier (pourquoi pas un Sainte maure de Touraine AOC) Des rillettes !!!!!!!!!!!!!!!! Une petite salade de lentilles, celle là on peut l’assaisonner d’avance. Le tout bien emballé dans des bacs plastiques afin de ne pas gaspiller ce que l’on emploie pas et de ne pas utiliser des tonnes d’emballages. Du pain au levain, qui reste bon, alors que la baguette su supermarché à une durée de vie de 3 minutes et 14 secondes. Des assiettes en plastique d’accord, mais des vrais verres en verre pour boire quoi ? Un Beaujolais, pas trop chaud, un sauvignon de Touraine, et oui, pourquoi pas du Champagne… Finalement je vous avais dit Sophie la semaine dernière que pique nique bof, ou alors ce serait Champagne-rillettes…Nous y voilà…. Donc en résumé, chaises, tables, champagne, rillettes, pain au levain, trois feuilles de salade, que du bonheur. Ah oui, j’oubliais, un bon beurre fermier avec du sel dedans, merci. Comme je le dis souvent quand on me le demande (et même si on me le demande pas) arrière Satan minarine et beurre allégé et autres produits sans goût parfumés à l’eau qui me ternissent l’humeur, le teint et au final, la santé !  Tout ça avec modération bien entendu, on sait vivre….   

08:44 Écrit par Carlo dans Général | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook | |

Commentaires

Je suis partante pour ton picnic (il faut que j'essaie cette mayonnaise d'avocat) mais pas à Knokke-le-Zoute et avec un saucisson pour femmes aussi...

Heu, tu pourrais nous faire un paragraphe par-ci, par-là : le paragraphe aide à la digestion du texte.

Écrit par : Michèle | 12/07/2008

new for knokke le FRIGO BOX FORTIS

Écrit par : DEREK | 08/11/2008

Les commentaires sont fermés.