29/10/2007

Ze kitchen Galerie

 

Restaurant Ze Kitchen Galerie

Ze Kitchen Galerie

4, Rue des Grands Augustins

75006 Paris
Tel : 01 44 32 00 32 - Fax : 01 44 32 00 33
Bon, j'ai été paresseux, j'ai pas pris mon appareil qui est maintenant suréquipé d'un objectif qui a une variété de focales tellement large qu'il cadre de derrière mes oreilles jusqu'à de l'autre côté cu canal, et me voilà réduit à copier-coller une moche photo, mais bon là n'est pas l'essentiel.
"Fusion food" qu'est-ce que l'on ne commet pas en ton nom, mais qu'est-ce que je suis content que cette expression existe! Pour reprendre l'expression de mon camarade Jean-Patrick, le chef nous inflige une véritble claque quant à son habileté à marier les saveurs occidentales aux subtils parfums de l'Asie du Sud-Est. Et cet aventurier hors pair des saveurs connaît les ingrédients et parfums qu'il manipule sur le bout des doigts, pour des mélanges insolites, stimulants, mais jamais dérangeants, agressifs ou gratuits.
L'endroit est sobre,  actuel, mais sûrement pas original, il est. La carte est courte, claire, lisible, transparente. Quand ce que vous faites est juste, bon et créatif, vous n'avez pas besoin de vous prendre les pieds dans le tapis de la cuisine virgule à majuscules (je me comprends, et si vous voulez des exemples, écrivez-moi, j'adore répertorier les exemples de prose cartière enflée).
J'ai mangé des macaronis farcis, fermes et parfumés: champignons délicats, réminiscences de feuilles de bergamote et de citronnelle (cette fois c'est moi qui enfle, tant pis!); une joue de veau aux parfums de "mostarda" de Crémone, des figues rôties parfaites; j'ai picoré chez mes voisin-voisines, tout était intelligent, maîtrisé et générateur d'expérience gustative...
Un restaurant, c'est une expérience globale, du moment que l'on pousse la porte au moment où l'on récupère son vestiaire. Cette expérience, elle peut être d'une simplicité absolue, mais elle doît avoir été pensée, même sommairement s'il s'agit d'un lieu modeste,  par ceux qui nous accueillent.
ZKG a tout bon, accueil, service, conseil, assiette. D'accord, nous avions réservé à 19:45, et à un certain moment, l'addition est arrivée toute seule (mais certainement pas tout de suite); mais qui va reprocher à une équipe qui a du talent de faire tourner la machine afin de sanctionner par une vraie réussite économique un effort créatif et un travail vraiment rigoureux?
Hors de toute considérations de classements d'étoiles et autres colifichets et gris-gris, de telles enseignes sont les témoins d'un art culinaire tel qu'il doit aussi l'être: mutant, curieux, associatif, interpellant, novateur....Sans forfanterie, pédanterie prétention ou autres maladies d'égo. De l'art et de l'artisanat en même temps...

07:18 Écrit par Carlo dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : restaurants |  Facebook | |

14/10/2007

Le bon géant de Pepinster

 

Bien mieux que le géant vert, Anthony Delhasse (chef du "Postay" 1* à Pepinster) créateur insatiable de saveurs, souvent cité sur ce blog; mais comment peut-on se fatiguer d'une telle audace, d'un renouvellement permanent, de goûts toujours étonnants, multiples et enchanteurs que ce poète rock de la cuisine d'aujourd'hui sait inventer.

Qui plus est, même s'il est un des chefs les plus doués de sa génération, Anthony est un mec cool, qui ne la pète pas une seconde, tout en sachant toujours ce qu'il veut et où il va.

Rencontrer sa cuisine, c'est rencontrer l'homme, et il est de ces rencontres qui nous permettent d'apprendre beaucoup...

 

anthonyetchips

De gauche à droite, Anthony, Sergio de chez Mmmmh! et France, chef de salle du Postay

On peut être un chef étoilé et aimer les chips, dans le cas présent, des superbes chips de "vitelotte", rien à voir avec des ces choses "light" parfumées au poulet rôti ou au vinaigre balsamique que l'on croise parfois...

 

st jacques

 

Saint jacques d'Erquy de deux façons (crues et rôties). un produit exceptionnel, sublimé par une cuisine à la fois sophistiquée et qui traque et intensifie le goût des choses...Comme quoi cuisiner, c'est transformer, et l'on transforme d'autant mieux ce qui est exceptionnel...

 

 

canneloni de potiron


 

Canneloni de potiron, glace à l'orange et au romarin

Anthony nous avait donné lundi dernier une soirée de son temps, le temps d'un cours de cuisine, mais on le trouve du mardi au dimanche,  à l'Hostellerie du Postay à Wegnez;

http://www.hostelleriedupostay.be/

 

15:31 Écrit par Carlo dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | |