23/09/2007

Slow Food Bruxelles - Karikol

 

Première sortie publique pour le convivium Slow Food de Bruxelles (avant le pic nic au parc Royal dimanche prochain) avec une participation à "Bruxelles champêtre", aujourd'hui, sous le soleil bruxellois (oui, celui qui avait disparu fin avril). Un peu de promo pour un convivium tout neuf, avec en illustration pratique, un vrai morceau de vraie ruche et du miel...de Bruxelles.

Votre serviteur est très fier d'ailleurs d'être membre de cette néo-implantation slow-foodienne bruxelloise, et j'invite les lecteurs qui s'égarent régulièrement sur mes lignes à faire un saut sur le blog de Slow food bruxelles dont l'adresse se trouve là juste en dessous:

http://karikol-slowfoodbruxelles.skynetblogs.be/

Je rassure les esprits chagrins qui se rueraient sur les comentaires pour asséner que "du miel de ville, c'est pas très propre, hein ça monsieur?": le miel à Bruxelles, c'est sans pesticides (bien moins qu'à la campagne, c'est comme ça), et pour le reste,  les concentrations en cochonneries se situent dans des niveaux très faibles (pour plus d'info là dessus, allez sur le site d'apis bruocsella). En plus d'être propre, la diversité florale donne un miel très bon, et au delà de tous discours bien pensant, ça contribue fameusement à me réjouir quand je plonge la cuiller dedans...

marcapi

L'oeil gauche qui pétille est celui de Marc, membre fondateur du convivium Slow Food bruxellois, activiste  infatigable de l'asbl "apis bruocsella" et compagnon d'activités culinaires et oenologiques innombrables.

A côté du "village d'économie positive", toujours à "Bruxelles-champêtre", un belle rangée de propositions alimentaires bio, et pas seulement des graines germées! (A vrai dire, je n'en ai pas vu, des graines germées).

Bon, foin de mauvais esprit, j'aime aussi les graines germées (de fait, à part le saumon, les sardines grillées et le maquereau, j'aime à peu près tout); mais tant qu'à faire dans le bien propre, je n'ai pas pu résister à l'appel d'un joyeux sandwich, tapissé de moutarde, fourré d'un brave boudin noir, flanqué d'une opportune garniture de chou rouge. Il m'a fallu un demi-litre de coca équitable pour retrouver mes esprits, mais tonnerre ce que c'était bon...(et même propre et juste, tiens!)

 

boudin


 

 

17:25 Écrit par Carlo dans Général | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook | |

Commentaires

Ca doit être bon un petit boudin comme ça...

Écrit par : Sergio | 24/09/2007

Les commentaires sont fermés.