11/03/2007

Ode au "Gavoi"!

gavoi

 

Le "Gavoi" ou plutôt, "Fiore sardo" di "Gavoi", qu'est-ce que c'est-il? Non, mauvaises langues, ce n'est pas du savon de Marseille comestible, c'est un fromage de brebis, un "pecorino". Attention, ce n'est pas DU "pecorino", c'est un "pecorino". J'ai déjà remarqué que sur les marchés, les clients se contentent de demander du "pecorino" à un commerçant à qui ça arrange bien de laisser planer un peu d'ignorance culinaire, à savoir qu'il n' y en aurait qu'une sorte. De fait, quand on sait qu'en Italie la production de formage à base de lait de brebis est énorme, demander DU "pecorino" n'a pas plus de sens que de rentrer chez Langhendries en demandant "Bonjour Madame (ou Monsieur, voilà une profession où règne une certaine parité) la fromagère, je voudrais du fromage de vache s'il vous plaît"

 

Mais je m'égare, je ferai un arbre logique de la production de fromage de brebis en Europe une autre fois, parlons du"Gavoi".

 

C'est magique, et un poil (de mouton)...déconcertant toutefois... Ce fromage, forcément affiné, très affiné, dégage un parfum intense, presque agressif, légèrement attténué par une légère "fumaison" (le terme est un copyright Touta, merci de l'avoir prêté deux secondes), et sa pâte, sèche est très friable. On le goûte comme ça, en copeaux, et comme on avait rien mangé ce matin, on se sent comme Astérix et Obélix devant le fromage corse déballé par Ocatarinetabellatchithcix...On manque de défaillir. Ouille, c'est fort, et la rétro-olfaction nous assomme de saveurs puissantes, tandis que la bouche pique et réclame quoique ce soit qui atténue ce déluge de sensations...Une fois recouvré ses esprits et mangé un petit bout de pain, déglacé les papilles d'un coup de vin blanc sec, on apprécie l'infinité d'arômes que nous envoie ce trésor (d'ailleurs protégé par une AOP).

 

Bien, maintenant que vous avez souffert, préparez une sauce tomate bien "serrée", avec un peu d'ail et d'huile d'olive, utilisez-là pour assaisonner des "gnocchetti" sardi, dressez chaque assiette; parsemez de "Gavoi" râpé, dessus, une lampée encore d'une huile très fruitée, et préparez vous à un vrai bonheur gustatif terrien/méditerranéen, en pensant à ce qu'il a fallu d'Histoire pour en arriver là...Maîtrise du blé dur, affinage du fromage,  sélection des olives, découverte de la tomate, tour de main transmis de bouche à oreille de druide pour la cuisson des pâtes...

 

Allez, pour les vernis qui ont pris leur place à temps (mais oui, restons modestes, bien entendu) la suite lors de "une journée avec le chef" chez Vinci, samedi prochain...

08:10 Écrit par Carlo dans Général | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook | |

Commentaires

Génial découverte ! Probablement introuvable en France non ?
De toutes façons, de nombreux vendeurs alimentaires n'y connaissent pas grand chose...

Écrit par : Tiuscha | 11/03/2007

joli, joli, le nouveau site de mmmmh...

Écrit par : Delphine | 15/03/2007

Les commentaires sont fermés.