10/07/2006

Paris by food

 
 
Le symposium en Loire, ça s'en vient, mais j'allais oublier de causer du présymposium parisien de jeudi. Bon, pas beaucoup de temps devant nous, juste une après-midi, consacrée aux musées et aux expositions bien entendu, option food and wine...On va pas faire durer le suspens, nous avons trainé tout l'après-midi à la Madeleine... Pour commencer, déjeuner chez Ladurée, club sandwich pour les uns, salade de tourteau pour les autres; et au dessert, comme des vieilles dames, mille-feuilles, religieuse à la rose et saint Honoré...Aaaaah le charme discret de ces maisons lambrissées où du personnel poli, prévenant, voire compassé soulève la religieuse et la pose délicatement sur la porcelaine avec des précautions dignes de la couronne de Charlemagne...Le club sandwich n'était pas inoubliable (ça sentait un peu la mise en place d'avance...) mais la religieuse à la rose (tout un programme..) était certes une bombe calorique (on ne vient pas ici pour maîtriser ses points weight-watchers) mais riche en crème et en saveurs...Le saint Honoré de mon camarade François était absolument superbe de classicisme, tandisque le mille-feuilles aux fruits rouges de JP craquait-fondait que c'était un plaisir...Le tout arrosé de l'eau minérale la plus chère du Monde (celle de Louis XIV, d'après l'étiquette), c'est pas non plus un endroit pour se torcher la gueule...Avant de partir, petit détour par le comptoir du rez-de-chaussée, ou des jeunes filles bien comme il faut avec des gants de chirurgien disposent avec ordre méthode et un de brin logique aléatoire, des macarons aux parfums multiples...
Une toute autre ambiance pour le soir (quoique qu'on nous objectera que nous sommes passés d'un endroit à touristes à l'autre...), grand plongeon dans la cuisine fusion, façon Ducasse diffusion, chez Spoon, la chaîne de restaurants world modern new fusion food du multi étoilé... Bon ça commençait bien, le pingouin en gilet écossais qui est venu prendre la commande nous a adressé la parole en anglais...ça doit être le gilet qui déteint...Puis, on découvre la carte qui se présente avec des plats énoncés sur une matrice du type de celles que je n'ai jamais compris sur les bancs de ma rhéto latin-sciences, avec des tas de combinaisons possibles, sauf quand il s'agit des plats du mois du chef invité qui n'est pas là, mais il est invité quand même..., ces plats là ne permettent pas de "chipoter à la recette"...Bien, mais au final, on est quand même là pour manger...et? Une sorte de rouleau de printemps très frais avec une sauce au pamplemousse pour moi, et pour JP une casserole (amenée à table, terrrrrrrrrriblement sobbbbbbbbre) de légumes vapeur non salés et non assaisonnés, mais fort bons après un peu de fleur de sel et d'huile d'olive...Ensuite, il faut le dire, un vrai bonheur culinaire, qui valait à lui seul le déplacement...Une joue de veau braisée, avec des pommes vertes rapées dessus (le plat du chef invité qu'était pas là mais qui a appris au chef qui est là mais que lui on sait pas qui c'est, il n'est pas de la fête du name dropping qui sévit sur la carte). Fondant, goûteux, savoureux, vraiment le meilleur plat dans mon estomac depuis le ris de veau à l'orange de la Barbacane à Carcassonne. Mes camarades avait prix du boeuf japonais très cher (pas le Kobé, l'autre) servi en "tagliata", avec une sauce barbecue originale et pour l'un, des pommes de terre fines comme une feuille de brick, et pour l'autre (celui qui avait eu les légumes pas salés en entrée) des coeurs de laitue super salés, comme pour se faire pardonner...Au final,le jour où j'irai à Paris toutes les semaines, c'est sûrement pas ici que je viendrai (quoique nous y avons rencontré deux charmantes soeurs américaines qui avait pratiqué toute la semaine du "quote-damage shopping-unquote"), mais quand même, un restaurant qui vous offre ne serait-ce qu'UN plat qui vous marque, vaut toujours la peine que l'on y fasse fumer sa carte...
Bon, allez, le temps de transférer les photos, et dans les jours qui viennent, l'intégrale du symposiummmmh d'Orléans à Chinon en passant par Azay-le-Rideau...

18:05 Écrit par Carlo dans Général | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook | |

Commentaires

Mmmmm... il faudrait quand même que je passe à Paris un de ces jours : au programme, musée du quai Branly et virée chez Ladurée. Si je rate mon tgv, je me console en fabriquant moi-même mes macarons ...

Écrit par : Michèle | 12/07/2006

Les commentaires sont fermés.