29/05/2006

Symposium cathare

Non, ce n'est pas le nom d'un sirop pour la toux, mais plutot un petit voyage d'étude, JP, François et votre serviteur à Carcassonne et alentours, à la découverte des vignobles du Languedoc-Roussillon. Partis mardi sous la pluie carolorégienne, nous avons passé trois jours et trois nuits à arpenter le pays que l'on dit cathare. Qu'est-ce que c'est-il? Les cathares (qui ne s'appelaient pas comme ça entre eux) étaient des chrétiens réformateurs de juste après l'an mil, apparus un peu partout en Europe mais qui ont prospéré surtout en Languedoc, protégés qu'ils étaient par les seigneurs locaux. Ces cathares ont été persécutés jusqu'au dernier (il se réfugeaient dans des places fortes, celles que l'on appelle aujourd'hui  les châteaux cathares) et n'ont été "redécouverts" qu'au milieu du siècle dernier après huit siècles d'oubli...Concernant cette passionnante aventure cathare, vous trouverez plein de choses sur le net et dans les meilleures librairies...

Voilà un zoli château cathare, donc, le château de Lastours.
Mais nous n'étions pas là uniquement pour améliorer notre culture générale, mais aussi pour travailler d'arrache-pied. Nous avons donc arpenté les vignes qu'elles soient palissées comme ici, dans le Cabardès
Ou "en foule", comme dans le Roussillon tout proche

 

Différents personnages ont hanté ces trois jours, tous terriblement professionnels dans leurs activités terriblement spécialisées avec énormément de valeur ajoutée: un essayeur de lunettes de soleil:

 

Un compteur de grappes automatique avec gps et outlook embarqué;

Et un caresseur de vieilles pierres à une main.

Après avoir appris tant de choses sur le vignoble, les châteaux et le canal du midi (une petite parenthèse, le canal du midi, c'est un truc incroyable, une performance d'ingénieur; construit - ou plutôt creusé - au XVII°siècle, il n'y a que des lieux communs pour en parler...Cette voie navigable étroite qui court à travers champs, bordée d'arbres donne l'idée de pouvoir générer le calme...Voilà pour les lieux communs...En attendant, à pied, à cheval à vélo et surtout pas en voiture je mets le canal du Midi en long, large et travers dans mon agenda des trucs à faire avant trop tard...mais trève de poésie à deux balles...), après tout cela disais-je, et donc je reprends, j'épingle encore un beau souvenir de notre petit périple (Je devrais parler encore de Minerve, de la cité de Carcassonne, du vignoble de La livinière et de plein d'autres trucs, mais on y reviendra) notre dîner à la Barbacane, le restaurant de l'hôtel de la Cité à Carcassone. Le décor? En style moyen-âgeux non négotiable, à la limite du kitsch, mais bien fait, juste que je me croyais parfois dans "The Holy Grail" des Monthy Python" (a witchhhhh! pour ceux qui l'ont vu).

L'assiette? Pas du Ferran, sûrement pas, du classique, un brin fusionnisant, mais terriblement bien exécuté, sans fausse note, de la première mise en bouche à la dernière "mignardise" (je déteste ce mot, mignardise, ça fait vieillard qui chipote, mais ça n'engage que moi, une fois de plus). Deux petites mises en bouche (ça non plus j'adore pas comme terme, mais bon), juste pour aiguiser l'appétit, un risotto crémeux au écrevisses pour Duss et moi, une assiette de légumes à la truffe d'été pour JP, suivi d'une côte de veau rosé comme il faut pour mes deux compères et d'un ris de veau parfaitement saisi pour bibi... Fromage ET dessert, on n'est pas chez Flunch, quand même, mignardises et café, le tout arrosé de crus locaux dont un splendide Fitou (Quoi du Fitou, ce truc que l'on trouve à 1 euro cinquante en linéaire?) que voilà sous vos yeux ébahis...

Présenté par les vraies mains du sommelier qui avait de très belles lunettes...

On a même profité de ce mini-trip pour redécouvrir la Blanquette de Limoux, qui peut être bien agréable à l'heure de l'apéritif...Si si, quand c'est brut, ça chatouille le palais juste comme il faut, ça donne des envies de pain, de jambon sec et d'olives, avec juste un peu de soleil et de vent, rien de plus...

J'allais oublier: bien sûr que une fois rendu dans le Languedoc-Roussillon, il n'y a qu'une manière de se "finir", le Maury ou le Banyuls.....

17:54 Écrit par Carlo | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook | |

Commentaires

bien... ....ça donne envie!!! Bien manger, découvrir les producteurs....et au soleil en plus!

Tes photos sont très belles.

Écrit par : Sophie | 29/05/2006

USURPATEUR !!! Je ne dirais rien de plus !!!

Écrit par : Christian | 30/05/2006

Les commentaires sont fermés.