29/04/2006

Giovanni il pasticciere

Parfois, le samedi, après avoir rempli mes devoirs hertziens, le chemin qui mène du boulevard Reyers à ma bonne commune d'Ixelles se pave d'envie de pâtisseries italiennes, que dis-je siciliennes..."Pasticceria Giovanni", chaussée de Louvain, rive gauche quand on va vers le centre, un endroit posé là depuis des lustres, dont le clinquant s'oppose brutalement à l'austérité triste du paysage urbain de cette chaussée bien moche...Certes, on serait tenté de tourner les talons, convaincu d'être ici dans un antre où le mauvais goût marbrier post-migratoire semble avoir terrassé le dragon du minimalisme design de la via Montenapoleone une fois pour toutes...Foin de ces considérations snobinardes, Giovanni est à ma connaissance la seule pâtisserie de son espèce -sicilienne en l'occurrence- et si on ne trouvera pas ici l'élégance feutrée d'une Italie du Sud qui sait s'habiller et vivre dans un cadre qui remonte au delà de l'Antiquité, l'héritage des goûts et des saveurs d'une tradition de douceurs reçue il y a bien longtemps d'un monde arabe créateur des confitures, essences et autres limonades s'offre à nous dans la grisaille du ciel bruxellois et la noirceur de cette stupide autoroute urbaine...Certes je ne retrouvrai pas ici la torpeur d'une vraie "granita al caffè" dégustée la seule fois que je me suis aventuré en Sicile, granuleuse et fine, sucrée et forte, adoucie d'une montagne de chantilly, épaulée d'une ferme brioche..Peut être pas, mais Giovanni propose des "sfogliatelle"...Des gâteaux napolitains (Naples, l'autre Sicile du Royaume des deux -Siciles donc-) en forme de coquillage, dont la coquille est une pâte feuilletée croustillante et le bernard l'ermite, une farce de ricotta aux fruits confits, d'où s'échappent des arômes d'essences méditerranéennes...Tièdes, forcément tièdes, mes "sfogliatelle" attendront sagement que j'offre à ma bouche déjà échauffée par la parole, mais encore vierge de sensations gustatives, un café vite fait au comptoir, juste une sous-tasse, une tasse et du café dedans (et pas un plateau une sous-tasse, un speculoos, un berlingot de lait, un bâton de sucre, accessoires inutiles ne masquant généralement que la médiocrité du café qu'ils soutiennent). Un espresso droit, mousseux, chaud mais qui ne brûle pas l'estomac, parfumé, torréfié, amer, aux "caudalies" de réglisse...Qui durent, qui durent, le temps de me rentrer avec mes "sfogliatelle" sous le bras, histoire de prolonger le désir pour accroître le plaisir...Rhââââ, ces "sfogliatelle", croquantes, puis moelleuses, parfumées et douces, sucrées mais pas écoeurantes, contrepoint obligé de mon souvenir de café encore là...Qui a dit que la pâtisserie n'était pas l'affaire des italiens?

 

11:02 Écrit par Carlo | Lien permanent | Commentaires (11) |  Facebook | |

Commentaires

mais tu es une vraie encyclopédie ambulante !!!!!!! il faut vraiment être sicilien pour connaître la briocha con la granita mmmh tellement bon, saveur d enfance et de vacances .... tu savais qu on l a mange de préférence le matin quand il fait déjà 30 degrés ?mais qui est dont ce fameux Giovanni ?ah oui à propos Carlo, n oublies pas ton vélo samedi prochain pour te rendre au studio ...... ;-)

Écrit par : Mag | 29/04/2006

Eyes wide open Aucun mérite, depuis toujours quand je voyage, je me souviens toujours beaucoup mieux de ce que j'ai mangé de ce que j'ai vu...D'ailleurs, mon prochain"target" c'est Naples pour aller chez "don Alfonso 1890". Giovanni, Une craitide de la chaussée de Louvain à Schaerbeek, ils ont même un site internet particulièrement désopilant...Pour le vélo, s'il ne pleut pas, sans problèèèèèèèèèèème...

Écrit par : Carlo | 01/05/2006

dyslexie je voulais dire une cariatide de la chaussée de Louvain...

Écrit par : Carlo | 01/05/2006

que de souvenirs.... hohho, c'est ici que on mari se faisait passer ses nostalgies de la péninsule et autres irrésistibles envies de cannolo, de zeppole ou simplement de cappuccino.. . et évidemment depuis qu'on a la peninsule en bas de chez soi tous les jours, moi je suis devenue une nostalgique de... giovanni :-)))

Écrit par : Sigrid | 08/06/2006

question Bonjour tout le monde, enfin ! j'ai trouvé l'adresse de la pâtisserie où nous allions avec mes parents lorsque j'étais petite. Ceci dit, je cherche le n° de téléphone de la pasticceria, et malheureusement je ne le trouve pas dans les pages jaunes. De plus, je parts demain pour bruxelles, j'espère que ce n'est pas trop loin. Merci à vous tous !

Écrit par : Lili | 03/02/2007

des voleur
des escroc

et des faux riche

Écrit par : anonime | 13/02/2009

des voleur
des escroc

et des faux riche

Écrit par : anonime | 13/02/2009

domage il pas le numero de tel

Écrit par : schirinzi | 22/09/2010

J'y suis allée plusieurs fois durant ces dernières années et la qualité a fort baissée , les prix ont augmentés de façon exagérée et ne parlons pas de l'accueil non professionnel . Les prix changeaient chaque jour et de plus c'était a la tête du client!!
Heureusement, j'ai trouvé une autre pâtisserie sicilienne a Wemmel, Antonino, ou la qualité est toujours au top, l'accueil chaleureux et les prix raisonnables. Je vous conseille d'y aller si vous aimez la pâtisserie italienne et passer un bon moment autour d'un café .

Écrit par : Lyn | 03/10/2013

S.V.P je cherche un pâtissier qui vend les Ricciarelli di Sienna..merci

Écrit par : Dallek | 11/07/2014

Des voleurs, prix à la tête du client

Écrit par : Antonio | 01/01/2015

Les commentaires sont fermés.