07/04/2006

Re-source

 Jeepee va devoir se résoudre à pondre un post, j'ai eu le temps de le rejoindre sur le front du Re-source. J'y suis allé hier pour déjeuner, avec la délicieuse Mary Gloom bruxelloise (lisez "Toscanes" de François Simon pour comprendre) et je d'ailleurs vous dirai pas son vrai nom, c'est pas vos affaires. Dans un endroit tel que Re-source, même si je ne suis pas forcément d'accord avec tout ce qui s'y fait, ce qui frappe, c'est que le niveau d'exigence que s'impose le chef est tel que justement la discussion autour  des plats, des mises en bouche, du fromage ou du dessert se doit d'exister. Ce genre de cuisine n'a que faire d'un commentaire qui dirait "c'est bon" ou pire "ça m'a bien goûté"...Ici on essaye, on explore, on nous donne à voir un parti pris, une envie, une connaissance, bref une culture assimilée et avant-gardiste à la fois.  Tout ça, sans jamais tomber dans le prétentieux, ni l'exposé ronflant au niveau des énoncés à la carte...J'admire le travail de ces chefs comme Christian Baby qui osent, qui travaillent, qui prennent le risque de tenter d'approcher quelque chose que d'aucuns appellent l'art culinaire. Peu importe comment on l'appelle, mais en tout cas la cuisine qui ose et qui cherche est beaucoup moins rassurante pour le chef qu'un artisanat bien torché...Non pas que je n'aime pas la cuisine classique bien exécutée, j'ai même envie de dire qu'en ce qui me concerne j'adore ça, et j'en ai souvent plus envie que d'"espumas" et autres bains moussants qui surplombent des ravioles de foie gras et morilles...Non, juste envie de saluer le courage du mec qui s'y colle à essayer de créer ses saveurs à lui en s'exposant à la critique et en s'astreignant à l'abnégation nécéssaire de ce métier difficile...

18:36 Écrit par Carlo | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook | |

Commentaires

quel entousiasme Je tire mon chapeau au chef de ressource pour sa démarche... mais j'attendrai une deuxième visite avant de me prononcer.

J'ai appércié le fait qu'il fait redécouvrir des légumes peu employés dans la cuisine et d'une grande qualité. Par contre, je me demande si l'abondance d'effets dans sa cuisine n'est pas l''arbre qui cache pas la forêt.

Une cuisine de découverte ne doit pas oublier la justesse des cuissons.

Bref, une table très intéressante mais pas encore convaincu... par contre du grand art dans les saveurs des desserts et une carte des vins magnifique.

Écrit par : Laurent | 11/04/2006

Le baobab qui cache l'amazonie Comme quoi, autant de mangeurs, autant d'opinions...
Ma commensale et moi avons trouvé la carte de desserts si peu engageante que nous avons opté pour le fromage...
En ce qui concerne le vin, le fait que nous ayons demandé un verre de vin blanc au verre avec le-dit fromage a plongé dans le serveur dans des tréfonds de difficultés oenologiques...A c'te heure, il doit encore être en train de se gratter le crâne...
C'est sûr que l'"abondance d'effets" est une constante des cuisines modernes..

Écrit par : Carlo | 11/04/2006

si on continue de parler d'arbres, je sors ma tronçoneuse ;-) Les effets... ah oui l'espèce de mousse de savon de vaisselle dont il décore tout les plats et qui n'apporte rien au niveau du goût et même au niveau texture. Si ce n'est peut être la mousse de citron qui avait un effet PEC citron...

Les dessert : c'est vrai, pas enageant à la carte mais ca en valait la peine. le dessert chocolat était superbe.

Pour le vin, ai bu un magnique Olivier Pithon, Cuvée Laïs, 2004 qui n'est pas si facile que cela à trouver à une carte.

N'empêche que je serais ravi que beaucoup plus de restos aient la même démarche que Ressource.

A propos, vous devriez inscrire votre blog sur http://www.blog-appetit.com qui est un événement/annuaire qui recence plus de 400 blogs gourmands francophones

Écrit par : Laurent | 14/04/2006

Les commentaires sont fermés.