09/03/2006

Séminaire résidentiel

Reblochon AOC - fromage français

 

 

J'arrête pas, je suis débordé...Pour parfaire ma culture culinaire, j'ai dû la semaine dernière me farcir un séminaire résidentiel en Savoie. En effet, la gastronomie de cette région est trop souvent négligée, et il me fallait urgemment faire le point sur la question et bien entendu, en faire profiter vos mirettes...

Donc d'abord qu'on me donne un piolet pour casser un peu de clichés:

Non, la fondue et la raclette (que les restaurants à la base des cubes de béton qui ornent la plupart du temps les stations françaises proposent en "formules" - beurk mais qu'est ce qu'ils ont ces restaurateurs à nous vendre des formules, je veux manger, moi, c'est tout!) ne sont pas les uniques plats savoyards! Et en plus c'est valaisan, mais bon le Valais c'était la Savoie, mais on va pas commencer...

Dans un joyeux désordre, on voit ci-dessus quelques produits phares de la région. Fromages...Reblochon, Beaufort...charcuteries de toutes sortes, et aussi pâtes...Les crozets, petites pâtes carrées à base de blé ou de sarrasin, connues en Provence depuis le XV° siècle, échoués en Savoie, dans le Piémont et la Ligurie et qui meurent ici en crémeux gratins qui accompagnent les diots (du village, wouah, facile...) Les diots? Des saucisses, que l'on fait longuement cuire au vin blanc, idéalement, avec des sarments de vigne...La raclette? Valaisanne? Sûrement...Maltraitée? Le plus souvent...Il faut quand même savoir que au départ on faisait fondre le fromage au feu de bois, le bois étant spécialement choisi pour ses propriétés aromatiques...Un peu plus poétique qu'un ignoble "raclette-party-à-tiroirs" où l'on mange trop vite un vulgaire fromage coulant uniforme..

Donc, la raclette, ça se racle, et tant pis pour le clampin qui est à la mauvaise place à table...(ma pomme la dernière fois) Racler, c'est philosopher, c'est une école de patience, et c'est ce petit bonheur là qui fait profiter de ce plat merveilleux...

Il y aurait encore plein de chose à dire sur cette gastronomie, de montagne, mais aussi de vallées et de lacs, on aura certainement l'occasion d'y revenir avant l'été...

Spécial copinage non objectif: mon pélérinage gastronomique avait pour théâtre un petit village niché au fin fond de la vallée de la Maurienne, à un jet de vin chaud du Val de Susa (Piémont) Bonneval-sur-Arc. C'est rare, mais ça existe encore, des stations de sports d'hiver (bon, d'accord yapas de curling ni de sauna...) qui ressemblent à des villages, avec des pierres, des clochers, des moutons, des habitants et une bouchère...

 

11:35 Écrit par Carlo | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook | |

Commentaires

Ouaiiiiiiiiiiiiisssssssssssssss Du fromage, du vin blanc, de la charcuterie et des montagnes., mon eldorado à moi... Qu'est-ce que je fais encore à Bruxelles ??? Qu'on s'organise un mmmmhincentive en Savoie dès l'hiver prochain...........

Écrit par : Jean | 09/03/2006

Vosges? Une journée de ski dans les Vosges avant la fonte des neiges? On peut manger du porc salé avec des toffailles (des patates écrasées avec du saindoux) rhâââââ...;

Écrit par : Carlo | 10/03/2006

Les commentaires sont fermés.