23/12/2005

HOOLIGANS!

Traîtres! Tandisque je me jetais à corps perdu dans cette dernière journée de travail (rendez-vous en cascade, courrier en retard, chronique èrtébéèffe, et autres tâches essentielles et prestigieuses) mes deux collègues du quotidien, oui, les deux autres pauvres membres en déshérence de notre triumvirat, le mondain impénitent et son comparse de circonstance, "unplugged A.I.", ont commis le pire des crimes qui soit, ils ont offensé ma couleur fétiche, j'ai nommé: le bleu "nuvola"...
Ces scélérats avaient préparé leur forfait avec préméditation; depuis quelques jours, ils planquaient - et leurs sourires convenus, ainsi que le "body language" plus trémoussant que d'habitude de J-B B premier auraient dû m'extraire de ma naïveté bonhomme -un calicot autocollant qu'ils projetaient de placarder sur mon habit de lumière, lors d'une opération "commando" soigneusement préparée. Soudain, sur le coup de 19.00, alors que nous allions nous préparer à quitter la chaussée de Charleroi pour festoyer sur les bords de l'Escaut, Jeepee, se prenant pour un Malko Linge saint-gillois, se précipitait, sous un prétexte futile, au garage pour commettre son forfait. Pendant ce temps, François me retenait au bureau, en achevant d'endormir ma méfiance - moi qui les traitait comme des frères - avec quelque boniment de vendeur de vin chaud sur un marché de Noël...
Au moment de reprendre possession de mon bijou de technologie et de pure classe italienne (les malheureux psycho-rigides qui se transportent dans des véhicules imaginés par des européens du nord coincés par la Réforme, ou pire, par des japonais encagés condamnés à produire pour satisfaire des consommateurs qui ont arrêté de choisir depuis longtemps ne peuvent pas comprendre...) je reprends: au moment de m'installer dans mes fauteuils de cuir épais à petites côtes, j'aperçois, sur la vitre arrière de mon suppositoire nacré, ce calicot tricolore faisant référence à une addiction tout à fait fictive que j'aurais pour les pâtes alimentaires...Et, sur l'immense capot étincelant, une boutade sur un penchant que j'aurais à promouvoir ma petite personne dans l'odieux visuel...
Sacrilège! Ma vengeance sera terrible, je ferai greffer à JP -pendant son sommeil - une puce qui fera bip à chaque fois qu'il essayera de rentrer aux "games" et le portier lui demandera:"Monsieur, est-ce que vous êtes membre?" devant neuf filles blondes à forte poitrine. Quant à François, son tracteur pour jardin de ville tombera en panne à l'entrée de la langestraat, qu'il sera obligé de remonter au pas de course, après son cours à Horeca Formation (autant dire que il faudra mettre des barrières si on veut qu'il prenne la ligne droite...)
Allez, dès que je les ai, je mets les photos de vos déprédations sur le blog, afin que nul n'en ignore, et que enfin, tout le monde découvre - y en a plein qui en rêvent depuis longtemps - la beauté éphémère des variations chromatiques d'une des plus belles couleurs jamais inventées pour habiller une automobile...

 


 

08:38 Écrit par Carlo | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook | |

Commentaires

Il fallait laisser tout ça Ben oui fallait laisser tout ça sur ton habit de lumière, ne rien enlever !! Tu imagines en France le succès ?!?!?! Toutes les vaches normandes qui quittent les trains des yeux pour voir passer ce suppo pétaradant !!!

Bon juste que tu ne penses pas que j'ai pris de l'avance au compteur pendant ton absence, j'ai en ce soir de Noël 207 clics d'avance !!! Et si tu regardes mon blog, tu constateras que ça vient de partout : France, Espagne, Suède....
Bon séjour dans ce beau pays qu'est la France.

Écrit par : Christian | 24/12/2005

Les commentaires sont fermés.