13/11/2005

Sur les pas de Emile Verhaeren

Christian me fait amicalement remarquer que plutôt que de le brocarder sur ces poèmes, je ferais mieux de lui donner des infos sur mon réseau champenois pour son prochain voyage...
Allez, je m'essaye au genre...
 
Si, plongeant sur la vallée de la Marne mes pas m'entraînent vers Aÿ,
Je serai bien assuré de ne point étancher ma soif d'un simple vin de pays,
Hardi, à l'huis de la maison Goutorbe - Henri le père, René, le fils -
J'irai, bien décidé, agiter la cloche de leurs savants bons offices.
 
Bercé de la délicieuse ivresse de leurs vins charnus à la mousse fine,
Je traverserai la Marne, pour cueillir d'autres roses, toutes sans épines
A Epernay, rue chaude-ruelle, je grimperai alerte, un côteau de ville
et chez le cousin Pascal, émerveillé, je ne saurai cesser mon babil
 
Leclerc-Briant pratique pour le vin des Dieux, un exercice unique
Vinifier des crus sans assemblage, et aux rabat-joie faire la nique
Crayères, Chèvres Pierreuses, Clos des Champions et Croisette,
Autant de lieux-dits où d'arômes et senteurs il n'est point disette
 
Franchissant à nouveau l'eau verte et tranquille, me voilà à Cumières
Ici le pinot noir donne, outre des bulles nacrées, un rouge de lumière
René Geoffroy y fait honneur à une lignée plusieurs fois centenaire
En élevant son vin tranquille en vigneron savant, loin de folles chimères

 
La commune de Cumières (Champagne) au bord de la MarneLe clos des champions

10:05 Écrit par Carlo | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook | |

Commentaires

Pour un premier essai C'est une tentaive ! Bel effort.
Le style est hésitant, un peu lourd parfois, bien que le sujet soit pétillant. La rime n'est pas toujours riche bien que le terroir le soit.
Tu es sur le bon chemin ! Continues !!!

Écrit par : Christian | 13/11/2005

Et moi alors! Vais faire du rap pour calmer les poèmes en herbe

Écrit par : Touta | 13/11/2005

Les commentaires sont fermés.